Un nouvel événement au Club …

Figurez-vous que pas plus tard que la semaine dernière,
J’étais debout sur la cuvette des toilettes, j’accrochais une horloge, la faïence était mouillée, j’ai fais un vol plané et ma tête à heurté la chasse d’eau en revenant à moi j’ai eut une révélation, une vision, j’ai vu une image, l’image de ceci :

logo_sdjkids

c’est ça qui permet de jouer encore plus longtemps : Le SDJ Kids.
Il m’a fallu 1 journée et quelques vectos par ci par là pour matérialisé la vision que j’ai eut à ce moment là.
Et le Voici :

affiche_sdj_kids01

Le premier SDJ Kids.

L’idée est simple. Faire jouer nos chères têtes blondes pour leur passer doucement le relais sur notre passion commune.
C’est vrai à chaque SDJ, nous les mettons toujours de coté, nous le spoilons, où nous les envoyons chez nounou ou mémé afin de nous adonner à notre plaisir ludique.

L’idée est simple, au travers de jeux adaptés (ou non) à leur âge, nous allons passer l’après midi à leur expliquer et jouer avec eux pour qu’ils découvrent les joies du lancement de dé, du poussage de cube et autres mécaniques ludiques.
bien sur tous le monde est invité à jouer mais le seul mot d’ordre sera : « Les femmes et les enfants d’abord« .

Je compte sur vous pour m’indiquer dans les com ou verbalement votre enthousiasme pour cet événement et si vous pouvez y participer ou pas.

Et comme nous seront dans la période de l’épiphanie nous en profiterons pour tirer les rois autour d’une bonne galette.
Alors les enfants elle est pas belle la vie?

Pour les touts petits il y aura toujours quelques chose pour qu’ils s’amusent aussi ;)

Grand Concour de Nöel

Pour les réponses il me faut le nombre de chapeau trouvé et le nombre de tag trouvé.

Le concours se terminera le 31 décembre à minuit.

Les résultat seront annoncé courant du mois de janvier 2017.

Bonne chasse les joueurs.

 

Un nouveau membre

Bienvenue à bienvenuenotre nouveau membre :

LAURENT

Tu fais maintenant partie de notre grande famille de joueurs.

Je te laisse naviguer sur ce blog pour découvrir tous les événement avenir du blog et pourquoi pas poser ta pierre à l’édifice en commentant, rédigeant des articles, ou tout simplement jouer.

A très vite donc.

Le 14ème SDJ sera le spéciale Noel…

affiche_salon_12_2016

 

Le voilà, il arrive. Le 14ème salon du jeu spéciale Noel est annoncé comme le Divin Instant.

Ce sera le Samedi 3 décembre.

Il y aura encore plein de cadeau pour vous mais je ne vous en dis pas plus d’autres articles suivront.

Alors à trés vite les joueurs et réservé votre journée.

Mythic Battle Pantheon : Le KS débute ce soir.

Voilà seulement 2 semaines que Conan est arrivée au club et déjà s’annonce la venue d’un nouveau gros jeux de Figurines.

Repérer avec Raphael au Festival des Jeux de Cannes 2016, Mythic Battle Pantheon me faisait deja de l’oeil.

Basé sur un jeu de Benoît Vogt de 2012 et qui est une sorte de card-driven dans le sens où le jeu se compose essentiellement de cartes sur lesquelles vous allez pouvoir découvrir les caractéristiques de chaque unité, les cartes de Commandement et autres particularités. Le champs de bataille était quand à lui représenté par des plateaux quadrillés et les troupes par des jetons.

df2cfaa1a80539a6b2d77fe87d0fe4824732pic1893767

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais Voilà, Mr  Leonidas Vesperini Ex membre de la société Rackam fondé par Raphael Guiton quel’on connait pour sa collaboration pour Zombicide, Mr Leonidas donc à eut la bonne idée de vouloir reprendre ce système de Card Driven mais avec de vrai belle figurine à la place des jetons en cartons. Et grand dieu qu’elle bonne idée.

voici quelques figurines issue du jeu.

ares_spartan
Le dieu Arès et un hoplites spartiates
spiel_2016_mythic_battles_17
Zeus
spiel_2016_mythic_battles_12
Un Titan

 

 

 

spiel_2016_mythic_battles_9
Cerber

 

Donc ce jeu sera donc Mythic Battle Pantheon, un titre qui laisse présager les futurs sortie étant donné qu’il existe encore plein de Mythologie a adapter comme les dieux nordique, égyptiens, et j’en passe.

Bref cette annonce qui se devait brève est la pour vous dire que si cela vous intéresse le Kickstarter commence ce soir 1er novembre 2016 à 20 H

D’après les infos que j’ai la boite de base est à 100$ donc 90 € pour nous et il y a aura pour le commencement du Kickstarter 1000 Early bird à 90$ soit 80 Euro pour nous. Donc autant vous dire que si le jeu vous intéresse il faudra être devant son ordi ce soir à 20H. 1000 EB quand on sait qu’en face on a les ricains sa veut dire pas beaucoup de boite en faites.

Bon après vous vous dites ouais c’est bon on y jouera au Club. C’est pas faut.Bon on a le temps la livraison est prévu Décembre 2017. Donc on a le temps de voir venir et je vous informerais de l’avancer du kickstarter. Si ça vous intéresse et si vous avez des questions n’hésitez pas à m’appeler.

Alors a bientôt pour des news de ce jeu.

Voici le lien vers la page facebook.

https://www.facebook.com/MythicBattles/

A très vite les joueurs.

 

Petit Lexique à l’usage des non-initiés aux jeux de socièté.

Voici quelques termes souvent utilisés dans le milieu qui vous permettra de vous faire remarquer dans les discutions du Club ;)

google_dictionnaire

Analysis Paralysis : L’analysis Paralysis est un statut de joueur qui, devant un jeu, met un temps fou à effectuer son action (soit un problème décisionnel, soit une volonté de tout calculer, ce qui, dans certains jeux devient complètement absurde tant les possibilités sont énormes !)

Ce dernier est donc très long à jouer et augmente à lui seul considérablement le temps de la partie. L’analysis Paralysis provoque ainsi chez les autres joueurs des cas de somnolence ou d’énervement selon les tempéraments de chacun. On voit ainsi des parties de jeux standards durer des heures.

L’Analysis Paralysis ne se guérit pas, il faut donc être prévenu par avance afin d’accepter ou non l’état du patient joueur.

Win to Win : On parle d’effet « win to win » dans un jeu quand un joueur qui est en train de gagner lors de la partie a encore plus de faciliter par la suite. En bref, plus il gagne plus il gagne (win to win en anglais. Il devient donc difficile pour les autres joueurs de le rattraper.

Exemples de jeux « win to win » : Warrior Knight, Abalone, Space Hulk (pour le joueur Genestealer), etc…

Guessing et Double Guessing : “To Guess” est un verbe anglais qui signifie en français “deviner”. En terme ludique, le Guessing consiste à ajuster ses actions de jeu en fonction de ce que va faire l’adversaire : “je pense que mon adversaire va faire telle action donc j’anticipe en jouant de telle ou telle façon”.

Le “Double-Guessing” consiste à ajuster ses actions en fonction de ce que pense l’adversaire de mes futures décisions : “je pense que mon adversaire va faire ça mais il sait que je le sais donc il va jouer autrement. Je vais donc agir en fonction.”

Le Guessing et Double-Guessing est une façon de s’adapter aux jeux des adversaires afin d’anticiper au mieux chaque coups que l’on peut jouer. Certains jeux, proposant énormément de changements à chaque action de joueur, ne permettent que très peu, voire aucunement ces notions.

Crowdfunding : Dans le milieu ludique, le « crowdfunding » est un système permettant à un créateur de jeu de proposer son futur projet sur une plateforme internet adaptée à la chose. Le plus souvent chez Kickstarter ou Ulule. L’auteur, par cet intermédiaire présente son jeu (qui n’est pas encore édité) et demande à ce que les internautes intéressés participent financièrement pour le lancement du futur projet (on dit alors « pledger » pour tel ou tel projet). Plusieurs paliers financiers sont définis par avance et, si ils sont atteints, permettent au créateur de finaliser l’édition de son jeu. Les participants recevront en retour, en plus du jeu et selon les paliers atteints, des goodies ou/et des extensions concernant le projet appelés dans ce cas, des Stretch Goals. Par la suite, si l’opération est une réussite et que le « crowdfunding » permet un premier tirage d’édition alors le jeu sera (peut-être) commercialisé normalement mais à un coup plus important. Il est donc parfois préférable de participer au « crowdfunding » que d’attendre la commercialisation standard. Notons plusieurs choses : si le projet n’aboutit pas, l’argent est évidemment rendue aux participants. Avec ce système, il est important de bien se renseigner sur les jeux proposés car aucun éditeur ne fait le tri et il y a tout de même pas mal de « déchets » : et oui, le système shunte le travail de l’éditeur qui peut être utile de temps en temps… D’ailleurs, certains éditeurs passent maintenant par le « crowdfunding » pour limiter les risques : si le projet n’aboutit pas c’est qu’il n’intéresse pas donc fin de l’histoire et ainsi peu d’argent engagée. J’ajoute que ce système de financement participatif n’est pas exclusif au jeu de société et propose bien d’autres produits !

Exemples de jeux qui ont démarré par « crawdfunding » et qui ont été édités par la suite : Zombicide, Conan, Cythes, Madeira, etc…

Draft : Le Draft est une technique de jeu utilisé le plus souvent avec des cartes mais qui peut aussi s’effectuer avec des tuiles. Il s’agit pour chaque joueur de prendre un paquet de cartes et en un même temps choisir l’une d’entre elles face cachée puis posée sur la table. Une fois ceci effectué, les joueurs passent leur paquet de cartes respectifs à leurs voisins de droite ou de gauche selon le jeu. Chacun se retrouve alors avec un nouveau paquet de cartes dont il pourra choisir un nouvel élément face caché. L’opération est répété un certain nombre de fois selon le jeu (en général jusqu’à ce qu’il y ait plus de cartes à choisir).Tout cela se passe en même temps.

Exemples de jeux utilisant la technique du Draft : 7 Wonders, Magic, Ginkopolis, Agricola, etc…

Dépuncher : Action de retirer les jetons et autres tokens et marqueurs en carton sur une planche neuve (aussi appelée “punch board”) de jeu fraîchement acheté.

Le Deck : Le « deck », en langage ludique, désigne un paquet de cartes.

Token : Un Token est un mot anglais désignant un marqueur ou un jeton quelconque de jeu. Le terme est maintenant souvent employé par les joueurs francophones.

Thermoformage : Le thermoformage n’est pas un terme exclusif au monde ludique mais il en fait parti(un pot à yaourt est un thermoformage). Pour nous, il désigne la partie en plastique que l’on trouve dans certaines boîtes et qui normalement nous permet de ranger toutes les pièces impeccablement grâce à de petits casiers joliment adaptés.

Exemples de jeux offrant un thermoformage : Les aventuriers du rail, King of Tokyo, Jamaïca, etc…

La tuile : La tuile dans le milieu ludique, n’est pas un manque de bol mais est un élément de jeu cartonné qui s’assimile à une petite plaquette. Elle peut, par exemple, représenter un élément de plateau modulable ou une pièce indépendante du jeu. Elle se différencie du simple pion en carton par sa taille plus importante et, le plus souvent, par une forme carrée ou rectangulaire (mais pas toujours). On retrouve des tuiles dans beaucoup de jeux comme Carcassonne où celles-ci vont tout au long de la partie former le plateau ou dans Augustus où elles vont servir de bonus à prendre durant le déroulement du jeu.

Meeple(s) : C’est à l’origine, un néologisme anglais contractant les termes « my » et « people ».

Le (ou les) Meeple(s) désign(ent) un ou des pions de jeu. Ces pions ont la particularité de représenter quelque chose : le plus souvent un bonhomme mais ça peut-être aussi un animal. Le plus souvent en bois (mais il peut-être en plastique), il est a mi-chemin entre le pion banal et la figurine.

Il commence sa carrière avec le jeu « Carcassonne » et on le retrouve par la suite et ailleurs sous différentes représentations : cowboy, indiens, moutons, chevaux etc…

Exemples de jeux utilisant des « Meeples » : Carcassonne, Carson City, l’âge de pierre, Agricola,…

Kingmaking (faire du) : Le Kingmaking (on pourrait le traduire par « désigne le roi »), néologisme d’origine anglais, définit le fait qu’un joueur, par une de ses actions dans le jeu fasse gagner un autre joueur.

Par exemple, en choisissant une carte plutôt qu’une autre, je laisse à l’adversaire suivant un choix satisfaisant pour qu’il gagne la partie. Je fais, dans ce cas, un effet de Kingmaking.

 

Stand Alone : Un jeu dit “Jeu Stand Alone” ou simplement “Stand Alone” est à la fois un jeu complet à part entière et un supplément à un autre jeu déjà sorti. Il a alors double fonction.

On retrouve beaucoup ce genre de jeu dans les genres Ameritrash mais pas que.

Exemples de jeux accompagnées de Stand Alone : Zombicide et Zombicide Prison Outbreak (Stand Alone), Dominion et Dominion Rivage (Stand Alone)

Les différents type de jeux et mécanique

Pick Up And Delivery [☻] : Cette mécanique de jeux consiste à transporter des ressources, marchandises ou autres cubes en bois d’un endroit à un autre du plateau de jeu en respectant des règles de déplacements prédéfinies. En français, cette expression angaise se traduirait par “ramassage et livraison”.

On retrouvera cette notion dans des jeux où il est bien souvent question de commerce.

exemples de jeux utilisant la mécanique du “Pickup ad Delivery” : Valdora, Africana, Himalaya, Bombay, King of air and steam, Marchands du Moyen-âge, etc…

Pose d’ouvrier : Les jeux de « pose d’ouvrier » ont pour mécanique le fait de placer un marqueur à un endroit d’un plateau (qui peut être collectif ou individuel) et déclencher ainsi un effet pour le joueur.

Le plus souvent, ces marqueurs sont des Meeples mais peuvent aussi être de simples cubes ou cylindres. Le jeu le plus connu et considéré par la plupart des joueurs comme étant le premier a utilisé cette mécanique est Caylus de W. Attia.

Ce principe a été depuis largement épuré par de nombreux auteurs et mis à toutes les sauces dans de nombreux jeux. Il est encore très actuel.

Exemples de jeux de « pose d’ouvrier » : Egizia, Dungeon Lords, Kingsburg, Russian Railroads, etc…

Ameritrash : L’Ameritrash désigne un style de jeu en opposition avec les jeux dits à « l’allemande ». Les jeux de type Ameritrash proposent le plus souvent pléthore de matériel dont des figurines, de grands plateaux, un thème fort (souvent futuriste ou fantastique).

Les règles principales sont,  par exemple,souvent contredites par des textes de carte et les dés sont en général présents laissant une place plus ou moins importante au hasard. Les joueurs se retrouvent en opposition, l’Ameritrash proposant en général de la conquête. Ce style est, comme son nom l’indique, issu des Etats-Unis et des wargames. Les jeux qui en découlent amènent souvent les joueurs à créer des communautés sur des forums ou des réseaux sociaux. Ils sont d’une durée assez longues (plusieurs heures) et les règles sont le plus souvent importantes en terme de quantité.

Exemples de jeux type Ameritrash : Descent, Battlelore, Earth Reborn, Space Hulk,…

Eurogame ou jeux à « l’allemande » : L’eurogame ou le jeu dit à l’allemande est un type de jeu de plateau souvent opposé aux jeux dits « ameritrash ». Il est assimilé aux jeux de gestion, très mathématiques, limitant le hasard et les interactions entre joueurs. Le thème est pour le plus souvent très anecdotique et ne fait pas rêvé : pour exemple, on trouve pêle-mêle « le développement de l’industrie du charbon dans l’Angleterre du 19éme siècle » ou « les châteaux de Bourgogne qui se veulent dans la Loire » (oui, pour la petite anecdote, l’auteur allemand du jeu du même nom, « Les châteaux de Bourgogne » s’est trompé de région… Bref, le jeu est resté tel quel).

On y trouve le plus souvent du matériel pas très expressif comme des cubes en bois et des Meeples. Le genre peut également avoir pour synonyme : kubenbois. Les joueurs spécialistes du style se faisant appeler des « pousseurs de cubes », « kuboïstes » ou autres néologismes rattachés à la forme de ces petits pions.

Exemples de jeux dits « à l’allemande » : Carcassonne, Agricola, Les châteaux de Bourgogne, Egizia, Caylus, Les colons de Catane…

Eurotrash : L’eurotrash est un style de jeux de plateau qui va se situer entre les genres Ameritrash et Eurogame.

Il mélange le plus souvent les deux styles en proposant à la fois de la gestion de ressources et de la confrontation entre joueurs simulant des batailles par exemple. En général, on retrouvera des thèmes assez forts avec pas mal de matériel, n’excluant ni les figurines, ni les cubes en bois. Les parties seront assez longues (plusieurs heures) avec des règles conséquentes.

Exemples de jeux « Eurotrash » : Sid Mayer’s Civilization, Eclipse, Runewars, etc…

Legacy : Le système Legacy (signifiant héritage en anglais) est à la base propre à l’auteur Rob Daviau. Il est le premier à mettre cette mécanique en place sur le jeu Risk legacy. Cette dernière est basée sur l’idée de faire évoluer définitivement les règles et le matériel du jeu de base à chaque partie en fonction de leur résultat. Certains éléments de jeu apparaissent/disparaissent, des stickers sont à coller dans le livret de règle, on écrit au marqueur sur des cartes, le plateau, etc… De ce fait, les boîtes Legacy contiennent des coffrets scellés qu’il ne faudra ouvrir qu’à certains moments du jeu, sous certaines conditions. Le jeu évoluera ainsi, propre à chacun, en fonction des résultats, pendant un certain nombre de parties et pour finir totalement jouable dans une unique forme aboutie. Ce principe, déjà repris par d’autres auteurs à l’heure actuelle, est issu des jeux de rôle et jeux jouables en campagne comme Descent ou Assaut sur l’Empire.

Exemples de jeux Legacy de Rob Daviau : SeaFall; Pandemic Legacy.

Programmation : Les jeux dit de programmation sont basés sur des mécaniques où les joueurs vont prévoir plusieurs actions souhaitées à l’avance et les dévoilées par la suite, les confrontant ainsi à celles prévues par les autres. Les jeux de programmation ont donc tendance à être très interactifs et amènent le guessing et contre guessing.

Exemples de jeux de programmation : X-wing, Colt express, River Dragons, Lords of Xidit…

Stop ou encore ? :Principe mécanique basé sur l’évaluation du risque à prendre. Cette notion fait référence aux probabilités mais passe très bien par son aspect ludique. Le jeu va entraîner la question suivante : dois-je continuer ou non au risque de tout perdre si je me trompe ou si je n’obtiens pas le résultat escompté. S’ajoute parfois à cela, la pression d’un compte à rebours. Souvent, ce sont des jeux de dés mais il existe aussi des jeux de cartes ou de tuiles.

Exemple de jeux stop ou encore ? : Zombie Dice, A vos trésors, prêt ? partez !, Dino Park, etc…

4 X : Les jeux de plateau dis 4X font référence à quatre mots : eXploration, eXpension, eXploitation et eXtermination.

On retrouve alors des jeux plutôt longs et riches en stratégie avec des quantités de règles abondantes. Inutile de dire qu’ils ne visent pas les joueurs débutants ou joueurs aimant les jeux rapides ou/et légers. Ici, on part pour plusieurs heures de jeu avec pas mal d’interaction puisqu’il y aura du commerce et de la guerre voire de la diplomatie (enfin ça c’est pas sûr, ça dépend de qui se trouve autour de la table…) Ajoutons que le thème de la science fiction se prête à merveille au type de jeux.

Exemples de jeux 4x : Eclipse, Space Empire, Exodus : Proxima Centori…

Party Game : Les party Games ou Jeux apéro sont des jeux rapides à prendre en main dont les règles sont expliquées en moins d’une minute et dont le matériel n’est pas trop abondant pour pouvoir jouer sur un coin de table. Ces jeux, dont les parties ne durent que quelques minutes, se veulent funs, dynamiques, rigolos, mettant de côté la stratégie pour laisser pleinement la place à l’amusement pur. Avec ces jeux, on cherche à atteindre le public le plus large.

Quelques exemples de Party Games : Time’s up, Dobble, Wazabi, Give me Five, Déclic, etc…

Card Driven : Sous entendu en français : « les cartes dirigent le jeu ». Le Card driven est une mécanique de jeu qui est également devenu un type de jeu. Il peut être central ou associé à une autre mécanique telle que le Deckbuilding. Concrètement, le joueur lors de son tour va jouer une carte qui, par sa nature, va lui permettre d’effectuer une action ou/et influencer le jeu au niveau du plateau. Dit autrement, selon la carte jouée, l’action du joueur ne sera pas la même et les conséquence sur le jeu non plus.

Exemples de jeux utilisant cette mécanique : Kennedy contre Nixon, Mémoire 44, Andean Abyss, etc…

Deckbuilding :  Le deckbuilding est une mécanique de jeu qui consiste à faire évoluer un paquet de cartes (deck) et jouer ainsi sur les statistiques du tirage de certaines d’entre elles mais aussi sur les combos que l’on essaye de mettre en place. Il existe deux types de Deckbuilding :

– le deckbuilding que je qualifierais de préparatoire c’est à dire qui se fait avant de jouer une partie réellement. On retrouve ce principe pour les JCE et les JCC. Simplement, on prépare son paquet de carte avant de jouer.

– le deckbuilding live qui se fait durant le jeu. C’est le cas de jeux comme Dominion (le premier du genre), Thunderstone, Nightfall, etc…

Il faut savoir que depuis la sortie de Dominion en 2008 de Donald X. Vaccarino, nombre de fois primé, beaucoup de jeux ont repris le principe pour le faire évoluer et le mélanger avec d’autres techniques comme celle de la pose d’ouvrier par exemple.

Dungeon Crawler : C’est un type de jeu qui bien souvent se déroule, par son thème, dans un donjon où les joueurs incarnent des héros luttant pour leur survie afin d’amasser des richesses en ces lieux maudits et ultra dangereux !

Ce genre de jeu se joue avec des figurines et matérialise par son plateau le lieu d’un donjon, de ruines ou encore de caves. Le tout est infesté de monstres qui ne souhaitent qu’à en découdre avec nos valeureux héros.

Le même type de jeu peut se passer dans le futur avec un bon vieux thème de science fiction.

On peut parler aussi de jeu « porte, monstre, trésor » : les héros ouvrent une porte dans le donjon où se cache derrière un monstre qu’il faut dégommer et après avoir fait le boulot et vider l’antre de la bête, ils peuvent amasser les trésors s’y trouvant.

Le « Dungeon Crawler » est fatalement associé au genre Ameritrash et bien souvent au type Coopératif et Semi-coopératif. Attention, ces jeux ne sont pas des jeux de rôle !

Exemple de jeux « Dungeon Crawler » : Descent V2, Doom, Heroquest, Space Hulk, etc…

Jeux Coopératif (ou coop’) et semi-coopératif [☻]:Les jeux coopératifs invitent les joueurs à s’allier contre la mécanique du jeu. Au final tout le monde gagne ou tout le monde perd contre le jeu.

Exemple de jeux coopératifs : Sherlock Holmes Détective Conseil, Andor, Ghost Stories, etc…

Il existe également des jeux qualifiés de semi-coopératifs : dans ce cas, les joueurs s’allient contre un autre joueur (ou un autre groupe de joueurs) et la mécanique du jeu. Le ou les joueurs adverses favorisent alors le système de jeu pour empêcher l’autre groupe de l’emporter.

De là, j’ai extrapolé deux définitions supplémentaires concernant les jeux semi-coopératifs :

Le semi-coopératif dit ouvert : on connaît l’identité du ou des joueurs adverses dès le départ. Exemples de jeux semi-coopératifs ouverts : Ghost Stories avec extension Black Secret, Lettres de Whitechapel, etc…

Le semi-coopératif dit fermé : on ne sait pas si un ou des joueurs sont des traîtres ou on ne connaît pas l’identité de ce ou ces joueurs dès le début du jeu. Ce ou ces joueurs pourront, par la suite, se révéler durant la partie.

Exemple de jeux semi-coopératifs fermés : Battlestar Galactica, Les chevaliers de la table ronde, etc…

Jeu de Carte Evolutif (JCE) : Le jeu de cartes évolutif reprend les bases du jeu de cartes à collectionner (système de starters et boosters) mais ne propose pas la partie « Panini » : lors de l’achat des boîtes et des extensions, on connaît le contenu de ceux-ci. On peut ainsi sélectionner ses achats. Tout comme leur cousins les JCC, les JCE ont pour base mécanique le deckbuilding.

Exemples de jeux de cartes évolutifs : Warhammer Invasion (qui est réellement le premier du genre) , Star Wars JCE, Le seigneur des anneaux JCE, etc…

 Bien sûr ce n’est pas exhaustif et si vous connaissez des termes ou voulez une définition d’un mot que j’aurais oublié de mentionner n’hésitez pas à me les rappeler dans les com.

 

Info flash :La nuit la plus longue annulée

Petit info flash :

Etant donné qu’aucun joueur ne s’est manifesté pour participé à l’évènement le Club a décidé d’annulé cette soirée.

Comme je le craignait dans l’annonce, je pense que tout le monde devait avoir Halloween à fêter ou autre chose à faire.

Mais ce n’est que partie remise. Au club on attend pas que la nuit soit plus longue pour jouer. il y a les vendredi ludique, et puis si vous avez envie de jouer… qu’une seule adresse : LE CLUB. alors n’hésitez pas à appeler, commenter, mailer, facebooker vos envies de jeu, on est là ;) [☻]

affiche_nuitlapluslongue_annulee

allez à plus les joueurs.

Et si le pire n’était pas un virus …

Pour ceux qui connaissent Pandémie, vous savez que c’est sans doute l’un des meilleurs jeux coopératif de notre sphère ludique.

Avec de nombreuses extensions alimentant sans cesse le stress des parties, et renouvelant le jeu sans jamais tomber dans l’écueil de l’extension de trop.

Avec des variantes de jeu sur le même thème faisant entrer des dés comme dans  « Pandémie le remède » ou nous faisant carrément jouer les virus comme dans « Contagions » .

L’univers donc de Pandémie n’a cessé de s’étendre et ce pour le plus grand bonheur des fans que nous sommes au club.

Et bien cet univers va bientôt ouvrir ces portes au monde de Lovecraft. ET quand je dis porte je veux dire portails.

Il était annoncé dans le teaser ci-dessous :

Et il est dés maintenant jouable au Club.

4c2c795320afb6a7d306128fc60d7ed50778

 

 

Alors a tous ceux qui aime l’univers de Cthulu, qui aime la mécanique de Pandémie ou qui tout simplement aime jouer, venez le tester au Club.

Je vous en reparle bientôt

A très vite les joueurs.